Qualcomm Technologies Inc. a signé des protocoles d’entente pour des ventes d’au moins 2 milliards de dollars américains avec les plus grands fournisseurs de smartphones chinois, recevant alors un soutien de la part des entreprises qui luttent contre une offre de rachat non sollicitée de Broadcom Ltd.

QualcommLenovo Group, Guangdong OPPO Mobile Telecommunications Corp, vivo Communication Technology et Xiaomi Communications ont exprimé leur intérêt pour l’achat de composants Qualcomm d’une valeur totale de 2 milliards de dollars sur trois ans, a annoncé récemment le fabricant américain de puces.

Cet accord non contraignant fera l’objet d’autres accords et couvrira la technologie liée aux composants « R F Front-End », a indiqué Qualcomm dans un communiqué.

Les sociétés ont annoncé cet accord pluriannuel lors d’un événement organisé par Qualcomm à Beijing en présence du PDG de la société américaine. Lors de l’événement, les représentants des entreprises chinoises ont exprimé leurs inquiétudes sur le fait qu’une éventuelle acquisition de Qualcomm par Broadcom pourrait nuire aux investissements dans la technologie des puces.

En novembre, Broadcom a fait une offre non sollicitée de 103 milliards de dollars américains pour Qualcomm, qui, selon Qualcomm elle-même, est une offre bien en deçà de sa valeur.

Une fusion potentielle ferait probablement l’objet d’un examen réglementaire en Chine, où Qualcomm a déjà été condamné à payer une amende avant les questions antitrust et où le gouvernement encourage la production de puces locales.